•  

    Je reprends de temps à autre

    des billets parmi les premiers de mes articles datant de quelques années déjà ! 

    et dont il manque des images,  des videos, ou montages pour divers motifs.

    Je les pense toujours vrais, et d'actualité (brûlante même)

     et

    peut-être d'ailleurs, sans doute même,  les visiteurs qui les liront ne seront pas forcément les mêmes ou bien peut-être aussi certains aimeront les relire ....

    ET PUIS 

    je vais les embellir de nouveau,

    en ajoutant autant que possible des images, ou autres ...... 

    Voici donc l'un d'entre eux :

     

     

    A lire et relire .... et méditer peut-être ....

     

     

     Douglas Mallock écrivait :
    "Si tu ne peux être pin au sommet du coteau,
    Sois broussaille dans la vallée.
    Mais sois la meilleure petite broussaille
    Au bord du ruisseau.
    Sois buisson, si tu ne peux être arbre.
    Si tu ne peux être route, sois sentier ;
    Si tu ne peux être soleil, sois étoile ;
    Ce n'est point par la taille que tu vaincras ;
    Sois le meilleur, quoi que tu sois."
     

    A lire et relire .... et méditer peut-être ....

     

    Examinez-vous sérieusement
    afin de découvrir ce pour quoi vous êtes faits,
    et alors donnez-vous avec passion à son exécution.
    Ce programme clair conduit à la réalisation de soi
    dans la longueur d'une vie d'homme.
     
    Martin Luther King
     
     
     
     

    A lire et relire .... et méditer peut-être ....

     

     

     

     

     


    2 commentaires
  •  

    Se laisser aimer

     

    Être aimé est plus fondamental qu'aimer. Il est curieux d'affirmer cela alors qu'on insiste tellement sur la grandeur de l'amour et sur la nécessité de le semer autour de nous. Jésus n'a-t-il pas fait du grand commandement de l'amour le premier de ses commandements ? Et n'est-ce pas l'évangéliste saint Jean qui dit que Dieu est Amour ; il est d'abord cela et toute son action est dirigée par l'amour.

     

    Pourtant, par quoi sont baignés les premiers instants de notre vie sinon par des témoignages d'amour. La mère qui reçoit son bébé naissant dans ses bras lui prodigue déjà un premier message d'amour. L'enfant ne peut lui répondre. Il n'est pas encore assez conscient pour le faire. Mais s'il ne recevait pas ces marques d'amour, ces baisers frénétiques, ces élans chaleureux qui caractérisent tout premier contact avec un nouveau-né, il s'en ressentirait toute sa vie. Les psychologues nous expliquent comment quelqu'un qui n'a pas reçu sa portion d'amour au matin de son arrivée peut mener une existence froide, distante, sans amour.

     

    Avant de donner de l'amour, nous devons en recevoir et se savoir aimé est une aspiration foncière du coeur humain. On sait à quelles hauteurs peuvent atteindre des personnes qui se savent aimées dans leur milieu. On connaît les prouesses de dépassement auxquelles se livrent des enfants qui sentent la chaleur de l'amour de leurs parents. Et que dire de ces vieillards qui incarnent la sérénité et le calme du soir autour d'eux parce qu'ils se sentent véritablement aimés. Ils n'ont pas l'impression que leur existence est inutile : leur solitude est richement meublée.

     

    Se laisser aimer: voilà une conséquence de tout cela. Il y a des êtres rébarbatifs à l'amour. Ils se font une carapace difficile à percer. Généreux, actifs, donnés même, ils ne se laissent pas infiltrer facilement par un amour qui les poursuit. Il faut bien le dire : se laisser aimer est peut-être plus difficile que d'aimer. Pourquoi ? Sans doute parce qu'on ne veut pas être redevable aux autres du bonheur qu'ils nous prodiguent.

     

    Si l'on veut que l'amour fleurisse autour de soi, pourquoi ne pas faire comme l'enfant, se laisser aimer sans fausse honte et avec joie : d'abord et avant tout par Dieu lui-même.

     

    Mgr Jean-Guy Hamelin, 10 mars 1999

     

    Et l'on pourrait ajouter :
    Parfois on a  plein d'amour à donner ... et personne n'en veut !
    Très dur à vivre sans être aimé ...
    Et puis "une source ne peut donner à boire si elle n'a plus d'eau ..."
    De même difficile d'aimer si l'on n'est pas aimé.
    Demandez à tous ceux et celles seuls chez eux ou même en maison de retraite sans visite ni même un téléphone !
     
     
     

    Etonnant ... et pourtant ....

     

     

     


    7 commentaires
  •  

    Pensais-tu qu’en toi le sable d’un désert avait recouvert l’amour ? Des déserts intérieurs, il y en a. Mais est-il nécessaire de s’y arrêter ? Sur une terre aride fleurit l’amandier… Et s’il y avait moins de déserts qu’on le suppose.

    Frère ROGER

     

    15RnJ-19S-1.jpg

    (Extrait de la Lettre de Russie – Taizé, 1989)


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique